Actualité


L’OPC condamne les violences à Martissant et exprime son inquiétude face à la gangstérisation de plus en plus menaçante du pays.

L’OPC condamne les violences à Martissant et exprime son inquiétude face à la gangstérisation de plus en plus menaçante du pays.

L’office de la Protection du Citoyen (OPC), institution nationale indépendante de promotion et de protection de droits humains, constate, depuis le mardi 1er juin 2021, une reprise des affrontements entre gangs rivaux dans la troisième circonscription de Port-au-Prince, particulièrement dans les quartiers de Martissant et de Fontamara. Pour l’instant, il est difficile d’avoir un bilan exact de ces assauts. Cependant, on rapporte une dizaine de personnes tuées, dont des civils, plusieurs blessés, des maisons et petites entreprises incendiées, plusieurs milliers de personnes déplacées notamment des femmes, des enfants en bas âge, des personnes à mobilité réduite. Tout se passe sous les yeux et le silence des autorités et institutions chargées d’assurer la sécurité des vies et biens. La population est livrée à elle-même.

Parallèlement, les attaques et les affrontements se poursuivent dans les quartiers de Bel-Air, de Bas-Delmas et de Cité-Soleil. D’autres poches de tension sont créées, notamment à Laboule 12 sans oublier, la reprise timide des cas d’enlèvement contre rançon.

L’Office de la Protection du Citoyen condamne avec force ces actions des gangs armés qui blessent, tuent les populations civiles, incendient, vandalisent les maisons et les petites entreprises et attaquent les ambulances en violation flagrante des principes de base en matière de droits humains.

L’Office de la Protection du Citoyen note, depuis l’intervention ratée du vendredi 12 mars 2021 de la Police Nationale d’Haïti (PNH) à Village de Dieu, les forces de sécurité du pays sont à genoux. Les gangs armés, exécutant leur agenda, prennent force et le phénomène de gangstérisation prend des proportions de plus en plus alarmantes dans un contexte de grande confusion. Aujourd’hui, les commissariats et sous-commissariats sont la cible des bandits pour des attaques criminelles à l’encontre des policiers, dépourvus de matériels adéquats. À titre d’exemple, à Drouillard des policiers ont été attaqués et un inspecteur de police, Adolphe Miradel, a été tué dans la soirée du 5 juin 2021.

L’Office de la Protection du Citoyen rappelle qu’il est de la responsabilité de l’État d’assurer la sécurité de la population, de protéger les vies et les biens. Le droit à la sécurité est un droit fondamental, indispensable pour l’exercice des droits civils et politiques et la jouissance des droits économiques, sociaux et culturels.

L’Office de la Protection du Citoyen, exhorte les autorités concernées à prendre des dispositions rapides et urgentes pour ramener l’ordre et la paix dans la 3e circonscription de Port-au-Prince et permettre aux déplacés de regagner leur domicile avec des accompagnements sociaux. Ces exhortations sont également valables pour les quartiers de Bel-Air, de Bas-Delmas et de Cité-Soleil.

Port-au-Prince, le 6 juin 2021